redbul 400

Retour sur la Redbull 400 de Courchevel le samedi 21 juillet 2018 : la course la plus courte mais aussi la plus intense de ma vie!

Elle était prévue depuis plusieurs mois, il me tardait de découvrir les sensations que pouvait procurer ce défi hors du commun. Nous partons le vendredi avec Allan, lui de Bordeaux moi de Poitiers, rendez-vous à Brive pour faire la route ensemble. Quasiment 1000 kilomètres de route pour 400m de course, oui oui nous sommes des fous ^^

Arrivés dans un petit village à 10 minutes du lieu de la course, nous nous réservons la surprise de découvrir le lieu le lendemain.

Samedi matin, réveil à 8h30, petit-déjeuner et en avant! Mon départ n’est qu’à 11h00 mais ça n’est pas grave, on veut aller se mettre directement dans l’ambiance Redbull et voir ENFIN de nos yeux ce qui nous attends!

« Wwwoooouuuuuaaaaah ça ne rigole pas!!! » La voilà la découverte de ce fameux tremplin olympique de saut à skis, quelle grandeur, la pression commence à grave monter! Il n’y a pas grand monde pour le moment mais nous retrouvons quand même quelques visages familiers, Ju des Bisons, Xavier, Capucine, Michka, Thibault et encore beaucoup d’autres.

Puis direction le retrait des dossards, pas d’attente, l’organisation est carrée. Nous faisons le tour des stands avec celui de Redbull forcément.

Le premier départ féminin est donné à 10h30, je suis aux premières loges pour voir ce qui m’attends, ça part fort, très fort, je me rends compte que la sprinteuse qui est partie comme une fusée, 175 mètres plus loin, elle n’avance plus. Bon ok je vais partir tranquille ce serait dommage de pas aller jusqu’en haut. Ma vague « heat 3 » est appelée à l’échauffement, allez hop c’est parti!

Allan est là, il ne me lâche pas et m’encourage. Je rencontre Charlene et Charlotte avec qui je ferai la montée, une première pour toutes les 3. « Les princesses : départ dans 30 secondes! », merci le speaker ! 3…2…1, goooooo !

Je pars tranquille sans forcer, les 100 premiers mètres passent tout seul, puis on arrive au niveau du filet qui sera notre meilleur ami pendant les 200 prochains mètres. Je commence à me pencher en avant pour m’aider de mes mains (pas le choix vue la pente), il fait chaud, très chaud, les mollets eux aussi sont en feu, j’essaye de rester constante dans mon allure, le souffle commence à être difficile à trouver mais je ne lâche pas… J’entends Allan crier « Allez Betty, ne lâche rien! » OK, je continue à monter.

 Arrivée aux 300 mètres sous l’arche de Redbull, on se redresse et c’est parti pour les 100 derniers mètres, mais avec des marches ce coup-ci. Beaucoup de gens encouragent les coureurs pour le sprint final, je grapille même quelques places sur la fin. Arrivée en haut, je m’écroule sur le tapis de chrono, « je l’ai fait! ». On nous aide à descendre les premières marches car la synchronisation des jambes est beaucoup moins facile après la montée que je viens d’effectuer. Mon Allan m’attends et me félicite, je récupére mon souffle mais j’ai un goût de sang dans la bouche, bizarre, ce qui me rassure c’est que tout le monde est dans le même cas, la pression de l’effort sûrement.

redbull400 aroo ocr crew

Ravito direct à base d’eau gazeuse et pétillante, avec bien-sûr, de la Redbull. Je descends d’un étage et on me donne ma médaille, puis ravito solide.

Bilan de cette journée : du fun, des sensations uniques et de la cohésion! Je finirai ce petit CR en disant juste que, certes nous ne sommes pas tous de la même team mais nous partageons la même passion et cela s’est vu tout au long de cette chouette journée!

Betty