Ce week-end, nous avons pris la route du lac du Salagou (proche de Montpellier). Nous arrivons au camping du lac vendredi un peu avant minuit. La course n’est que dimanche mais nous nous sommes laissés tenter par l’endroit et avons décidé d’y passer le week-end.

Jérémy et moi même sommes accompagnés de nos co-voitureurs et amis Chris et Benji. Le lendemain nous retrouverons sur place les copains de la team, Vanessa, Johanna, Greg et Idris, (Chacha et Mat nous retrouverons le matin de la course). Le camping se transforme peu à peu en village OCR FRANCE. Nos voisins ne sont autres que Alex Boccon et Sandra Chetaneau. Plus tard à la piscine nous croiserons Nathan Caparros. L’ambiance est excellente et c’est toujours un plaisir de croiser les autres teams pour des moments hors course.

Le samedi soir, on se retrouve tous pour le défi ninja devant le camping, face à cette structure que les bisons nous avaient promis… elle fait 45m ! Mon dieu ! Je n’y participerai pas, rien que de la regarder mes bras tétanisent et je sais que j’aurai besoin de toutes mes forces pour le lendemain. Les bisons sont là et mettent l’ambiance. Ils sont tous souriants et accueillants. C’est un beau spectacle qu’ils nous proposent !

Le dimanche matin, ça y est nous y sommes… j’ai cauchemardé toute la nuit de flying et de cette monstrueuse structure finale. Ce n’est donc pas très sereine que je prends le départ, je suis accompagnée par mes copines Chacha et Vaness, elles ne s’en rendent pas compte mais elles m’aident à me calmer, Lisa Savio se joint a nous. Elle non plus n’est pas rassurée… 3…2…1…. c’est parti ! On fonce, les filles partent en premier sur la lake race. Tout de suite le chemin se rétrécit. Et nous allons enchaîner des obstacles tous les 500m à peu près. Des bottes de paille, des poutres d’équilibre… et voilà, la première structure highrig… même pas 1km de course et beaucoup de femmes vont se retrouver en difficulté. Certaines coupent déjà leur bracelet. Je me concentre et ça passe du premier coup ! YES !! On enchaînera dans le désordre un porté de bûche, un olympus qui fera saigner de nombreuses mains car les découpes étaient un peu trop tranchantes, une slack haute de franchissement qui donnera du fil à retordre à notre Vaness, mais avec sa force mentale rien ne lui résiste bien longtemps. Ensuite des murs, là David Labrosse me double tout sourire. Waa! Ça semble si facile quand on le regarde, puis Mat , puis Jérem, puis Greg ! Je prends le temps de leur hurler des encouragements pour les remercier de leur soutien quand ils me doublent. Plus tard l’hercule hoist et un porté de sac sur une pente extrêmement raide. Et là je ne comprends pas, je me retrouve avec Jérem et Greg de nouveau derrière moi… Je leur hurle  » c’est là, en haut à gauche ». Un manque de balisage leur fera perdre plus de 500m et les fera décrocher des meilleurs. C’est en effet la difficulté du circuit, le balisage léger (obligation pour les bisons à cause du classement du site) rendra l’orientation difficile. On sera donc obligés plusieurs fois de ralentir afin de regarder autour de nous et chercher les balises. La course se poursuit avec des paysages toujours plus beaux et des obstacles de qualité. Je bloque 20min au flying et finalement, ça passe ! Là encore beaucoup de femmes couperont leur bracelet. Le lowrig passe très facilement pour moi. Je les adore ceux-là !

On retourne vers la base après plusieurs passages dans l’eau qui feront du bien et un saut en sac qui lui fera beaucoup moins de bien. Sur le retour j’ai le sourire. J’en ai pris plein la vue dans les hauteurs et j’ai mon bracelet ! Me voilà devant l’obstacle final. Je retrouve ici ma Chacha, bloquée, elle était 4ème en arrivant dessus mais cet obstacle en a décidé autrement. Je retrouve aussi Sandra… toutes ces femmes que j’admire dans l’OCR, elles sont là, bloquées, tout comme moi. On est peu à arriver ici avec le bracelet et seulement 7 femmes finiront la course avec. En effet cette structure fait du tri. Quand on tombe on doit tout recommencer.

J’arrive au 3ème bloc de 6m. Je peux le faire, Idris, Greg, Jerem et Mat m’encouragent, ça me pousse. Mais je fais l’erreur de lâcher le nunchaku pour me suspendre à l’anneau. J’ai plus de balancier et le prochain anneau est tellement loin. Mon corps lâche et je tombe… Nous sommes rejoints par Vaness. Je retente mais tombe. Je finirai plus tard par couper le bracelet ici, à 45m de la fin. Je décide tout de même de tenter la fin de la structure je le vois comme un entraînement. Malgré une grosse crampe au mollet ça passe! Je hurle ! J’ai réussi ! Je passe la ligne d’arrivée sous les encouragements de mes amis, Aroo et pas que.

Bravo à vous tous. Avec ou sans bracelet. Vous pouvez être fiers car la course que nous ont fait les bisons… c’était du très haut niveau ! Ils y ont mis leur cœur et ça se voit ! Merci à vous d’avoir réuni les grandes teams de France pour un moment plus que réussi. A l’an prochain pour la revanche !

Mélanie