Une inscription sur un coup de tête pour certains, un défi à la con pour d’autres, une question de fierté pour moi (s’ils en sont capables pourquoi pas moi 😉)

ultra viking logo

Allan, Kévin, Julien et moi sommes inscrits pour une des plus grandes courses à obstacles d’Europe ! L’ULTRA VIKING ! Tellement de demandes que les inscriptions pour les vagues Ultra se remplissent en seulement quelques jours, un an avant la course (2 vagues de 300 coureurs).   Une course plutôt effrayante pour moi :

A côté de chez nous dans le sud-ouest ? Non ce serait trop simple ! Destination Cologne en Allemagne pour mes 3 camarades et moi-même. Finalement Mikael Vattier de la team « Bisons » se joint à nous pour le logement. 1 an c’est long, ça laisse entrevoir pas mal de choses que ce soit sur le plan physique ou sportif, on se dit que d’ici là, on sera prêts. Les courses s’enchaînent et ne se ressemblent pas, trails, spartan race, trifecta, ultra beast, 6000D, etc. Des petites blessures qui sèment le doute mais qui finissent par se résorber pour solidifier l’ensemble ! Une semaine avant le jour fatidique, Allan nous annonce qu’il renonce à sa participation, ne se sentant alors pas prêt à affronter une nouvelle longue distance. Un coup dur pour l’équipe et surtout pour moi… Le jour du grand départ : valise prête depuis plus d’une semaine, je me réveille 2 heures en avance pour prendre le bus jusqu’à l’aéroport. Malheur ! J’ai oublié mon portefeuille, demi-tour en courant histoire de se mettre en jambes et d’avoir un petit coup de pression ! J’arrive à l’aéroport 45 minutes avant le départ de l’avion, ouf ! En Allemagne, je retrouve mes deux camarades Kévin et Julien, une embrouille monstrueuse pour récupérer la voiture de location pour une histoire de carte de crédit/débit ! Mamma mia, ce bordel. Direction le logement, une petite auberge/brasserie bien sympathique, nous rejoignons Mikael dans un restaurant local puis Alexandre sur le village Strong Viking pour un repérage des lieux. Nuit agitée, comme d’hab je raconte ma vie en dormant en voulant refourguer de la cam à tout le monde 😂🙈 (désolé les gars…).

groupe ultra viking

Au matin, après un copieux petit déj’, nous croisons notre ami Fabien avant de se diriger vers la récupération des dossards. Le temps est frisquet, ça change du Sud-Ouest ! Échauffement nécessaire pour les organismes et nous voilà sur la ligne de départ de la deuxième vague Ultra, à genoux, à réciter les règles Viking qui devront être respectées durant la course. Première ligne avec les grands ça ne rigole plus ! (Juste à côté d’un allemand qui a terminé 5ème à l’Ultra d’Andorre). Top, c’est parti, départ en première position afin de faire le malin sur les photos, rapidement rattrapé après le premier obstacle où je laisse ma virilité au bout d’une corde 😂 Début de course vraiment agréable, les kilomètres s’enchaînent et les obstacles se passent avec aisance, je me place plutôt bien avec Julien qui finit par me rattraper et prendre les devants. Originalité des obstacles par rapport à ce que nous connaissons en France mais le froid, après le passage dans l’eau, se fait ressentir. Jusque-là, les jambes suivent ! A l’arrivée du premier tour, on récupère un bracelet avant de repartir pour le deuxième ! L’ultra viking se déroulera de la manière suivante:
  1. 19 kilomètres (Parcours Beast)
  2. 19 kilomètres (Parcours Beast)
  3. 13 kilomètres (Parcours Warrior / Super)
  4. 7 kilomètres (Parcours Lightning / Sprint)

ultra viking explication

Je croise Julien en difficulté par terre, attaqué par les crampes, on a de l’avance sur le temps, on souffle puis on repart. Le rythme est lancé, le plaisir est présent, jusqu’au craquage de ma cheville dont le bruit aurait pu réveiller un mort #marseillais #maispastropquandmême ! Je flippe en pensant que c’était mon tendon qui avait lâché. « il est où mon tendon ??! » Réponse de Julien : « derrière ton pied couillon » 😂🤙 On se relève et c’est reparti sur le ton de la rigolade, on ne fait pas semblant nous ! Tu parles, 500 mètres plus loin je parlais au seigneur pour qu’il me fasse avancer. Je lâche prise psychologiquement. Sans m’arrêter de marcher et dans ma tête, la course est finie. Je n’y arriverai jamais. Et il reste 35 bornes !!!

peg board ultra viking

Je me fais doubler par Mika qui me dit de faire attention en essayant au mieux de me rassurer et de m’encourager à poursuivre, « le passage de l’eau ça passe ou ça casse ». Puis j’aperçois Fabien qui vient aux nouvelles me voyant dans le mal et les larmes aux yeux (et oui moi aussi ça m’arrive). Il me donne un élan de courage et reprend sa course. L’horloge tourne et les kilomètres défilent peu. Le chrono est mon pire ennemi, les portés me sont actuellement impossible, je demande donc au marshall de faire la pénalité… (Je n’étais pas fier et ne le suis toujours pas … une pensée à mes copains qui en ont chié …) Je continue en marche puis marche rapide sur presque 15 bornes… Il faut redémarrer sinon c’est mort pour moi !

low righ ultra viking

A l’arrivée du deuxième tour, je récupère un second bracelet puis je repars. Une générosité tellement touchante de la part des volontaires et supporters m’a fait chaud au cœur et m’a rappelé que je n’étais pas seul dans cette aventure. Ma cheville va à peu près mieux. Je redémarre sur un bon rythme, les autres commencent à fatiguer tandis que mes jambes sont comme quasi neuves. J’effectue les descentes sur la réserve pour préserver mon pied et les montées en marche rapide ce qui me fait regagner du terrain. Jusqu’à la fin, mes jambes ne m’ont pas lâché et le run fût un pur plaisir. Malheureusement, pour le dernier tour, ma montre n’avait plus de batterie. Je n’ai pas pu voir mon rythme mais j’en étais vraiment satisfait. Après quasiment 10h de course, quel soulagement d’arriver dans les temps ! Une vraie libération de tout ce stress accumulé durant la course… Une bière pour fêter ça sur la ligne d’arrivée et les retrouvailles avec mes potes. La médaille et le tee-shirt sont très originaux, la première est rotative tandis que l’autre est floqué aux noms de tous les participants 😍!

medal finisher ultra viking

Maintenant on rentre à la maison, mon célibat m’attend 😂 et un prochain objectif dès le week-end prochain à la Spartan Race Castellet sur le circuit Paul Ricard ! Quentin